Les bleus face à leurs démons

Hier soir, la France jouait sa qualification pour les quarts de finale de l’euro 2012 de football. Après un match honorable contre l’Angleterre et une victoire méritée contre l’Ukraine, la qualification était quasi-certaine. Cocorico, à la fin du match d’hier soir, la France était qualifiée…

Une qualification certes, mais un grand merci au Anglais d’avoir battu l’Ukraine. Car ce dernier match fut plus que laborieux. Et encore le mot est faible. Il faut dire qu’on avait une équipe costaud en face. Déjà éliminée de l’euro, la Suède n’avait plus rien à prouver et pourtant, ils se sont battus pour leurs maillots, eux… En face, on avait des bleus bien pâles (à la couleur du maillot blanc d’un soir), voir inexistants, qui semblaient totalement absents.

Nasri, complètement à coté de la plaque, un Ben Arfa qui se croyait sur Fifa 97 et pouvait traverser le terrain seul, une défense centrale ressemblant à un morceau de gruyère. Bref, il en fallait pas plus pour un joueur que je n’avais jamais vu jouer,  Ibrahimovic, pour affoler la défense. Quelle classe! Heureusement que nous avons un bon gardien. Le résultat est de 2-0 pour les suédois, mais on peut dire merci à Hugo… Sur le terrain, quelques français ont essayé de donner un semblant de résistance : Lloris qui nous a évité l’humiliation sur le tableau d’affichage, M’Villa qui a essayé de tenir le milieu, et Ribery, bien que je ne l’aime pas du tout, a montré sa gniak pour essayé de se procurer une occasion. Pour le reste, rien, nada, pas l’once d’une rebellion. Et malheureusement, Laurent Blanc n’a pas réussi ou trouver la solution au travers les changements. Un Malouda qui remplace un Ben Arfa, puis un Menez qui prend la place de Nasri, mais aucun des deux ne sera en mesure d’apporter un souffle nouveau. Seul Giroux, rentré bien trop tard, va réussir à apporter un peu le danger et de la motivation à une attaque se contentant de tirer de 30m…

On a vu les limites d’une équipe de France « retrouvée » après le naufrage au mondial sud-africain. Malgré une invincibilité de 26 matchs, au cours desquels elle n’a jamais réellement su briller, les bleus vont devoir faire face à leurs vieux démons après l’avis unanime de leurs performances d’hier soir. Vont-ils trouver les ressources nécessaires durant la semaine, car samedi, ils affrontent les champions du monde en titre. Et malgré un match de piètre qualité des espagnols contre la Croatie, il faut s’attendre à ce qu’ils soient déterminés à montrer qu’ils sont les meilleurs. Et si la France ne réagit pas, la sortie de l’euro risque d’être sévère.

Le problème réside dans l’absence de vrais leaders. Ribery n’en est pas un et Benzema, bien qu’ayant fait une très bonne saison avec le Real, est loin d’être le joueur qui peut débloquer un match à la manière de son homologue suédois d’un soir (qui en plus de jouer collectif malgré un bagage technique bien au dessus des ses coéquipiers, a marqué un but magnifique).

En tout cas, il n’y a plus qu’à patienter jusque samedi pour voir si les français ont de l’amour propre. Qu’ils se fassent éliminer, c’est un tournoi et ils ne partiront pas favoris, mais qu’ils montrent qu’ils mouillent le maillot, comme l’ont fait les irlandais la semaine dernière et nos adversaires du soir, qui sont sortis sous les applaudissements de leurs supporters… Pour moi, c’est ça le football!