La révolte du « petit peuple »

Et voila, nous sommes en novembre 2018, et une révolte du « petit peuple » est en cours. Je suis volontairement choquant avec ce terme, car je fais moi-même parti de ce « petit peuple » ou des fameux « sans dent » de Hollande. Cependant, malgré mon appartenance à cette classe populaire, je ne suis pas en phase avec cette révolte.

Tout d’abord, quel est le motif de ce ras le bol? Nous, français, payons trop d’impôts, de taxes en tout genre ou autres moyens que trouvent les gouvernements successifs pour conserver l’écart de richesse qui nous séparent de leur monde. En effet, depuis le début d’année, de nombreuses hausses des taxes (essence, tabac) ont vu le jour, pour des motifs chevaleresques mais sur le papier seulement. Nous savons tous que l’argent récolté n’est pas redistribué de la bonne façon. Et ces hausses ne sont bien entendu pas compensées par une hausse de nos salaires.

Du coup, une révolte s’est organisée sur les réseaux sociaux et ainsi est né la fronde des gilets jaunes. On a eu les bonnets rouges, et maintenant les gilets jaunes. L’objectif idéaliste de ce mouvement est de paralyser la France pour faire obliger le gouvernement à démissionner. Bref, comme tous les ans, cela correspond à un gros bordel sur la route…

Bien que sur le fond, je comprends ce ras-le-bol, c’est la forme qui me gène et comme bien souvent, les raccourcis qui en découlent. Loin de moi l’idée de me placer comme un visionnaire, mais un peu de bon sens s’impose. En effet, nous avons une hausse des taxes, mais en face, nous avons eu aussi une baisse de charges sur nos salaires, une baisse et prochainement suppression de la taxe d’habitation. Alors, oui, on prend à droite pour remettre à gauche, mais au final, je n’y gagne rien, ni n’y perd rien… Ou si, pour l’essence, je suis impacté fortement car avec 40000km par an, cela va se ressentir. Mais bon, c’est un choix de ma part de travailler loin de mon domicile. Pour le tabac, sachant que je suis contre la cigarette, je considère cela comme du luxe. J’entends se lever les fumeurs qui me diront que c’est une drogue. Je le concède volontiers, cependant, on se trouve toujours une excuse pour fumer ou reprendre à fumer. Pourquoi nous, non fumeur, nous arrivons à gérer notre stress sans tabac? Et encore pire pour les anciens fumeurs…

Donc, nous voila aujourd’hui « pris en otage » (j’exagère le trait car je n’ai pas bougé de chez durant leurs actions), par un groupe de personnes qui nous impose leur façon de voir la vie. Depuis hier, ils ont changé de méthode et ont décidé de bloquer les raffineries… Je vous le met dans le mille, ou étaient les files d’attentes? Aux stations services!!!

Maintenant, on va mettre les revendications devant les réalités. On veut ne plus payer de taxes (ou moins), mais on ne veut pas perdre nos services publics. Sauf que demain, si on doit payer nos médecins, hôpitaux, pompiers… Bah on râlera encore… Idem pour les prix dans les magasins. Travaillant dans l’agro, je suis bien placé pour le dire. On veut les prix les plus bas en magasin, donc l’acheteur, pour conserver sa marge, tape sur l’industriel (à des niveaux inimaginables). Ce dernier étant mis sous pression par la grande surface, en fait de même si son fournisseur (l’abattoir par exemple). Et je devine que l’abattoir en fait de même sur l’agriculteur… Du coup, on appauvrit toutes les chaines de production pour avoir des prix bas! Si on augmentent les salaires, tout augmentera. CQFD…

Pareil, on entend que réduire le nombre de politiciens ferait faire de grosses économies à la France. C’est vrai, mais cela ne comblera pas les déficits actuelles. Le gaspillage au niveau de l’état si (construction de routes inutiles par exemple). J’ai souvenir d’avoir côtoyer les communautés de communes. Quand un devis était fait, les tarifs n’étaient jamais négociés! Sachant que dans le privé, tout est prétexte à négociation. J’imagine que des économies monstres sont à faire du coté la également…

Du coup, pour un mouvement de protestation basé sur la taxation, on va « emmerder » le con-citoyen lambda qui galère de la même façon, sans réellement mettre le doigt sur le problème. Ou tout du moins, on sait tous le problème, il faut savoir faire des sacrifices car le monde est ainsi fait. Mais le français veut tout sans rien payer… Triste exemple laissé à nos enfants.